El Chaltén

Après la Patagonie Chilienne et ses ambiances magiques, nous reprenons le bus (8h quand même) direction El Chaltén, en Argentine. Le passage des frontières est assez long et la douane finit par nous laisser passer malgré le fait que deux d’entre nous aient jeté un papier précieux (on ne nous dit pas tout !).

La route vers El Chaltén est superbe, entre désert et lagunes, quelques guanacos dévalent devant le bus (sans drame !), puis le massif du Fitz Roy sous un ciel bleu azur nous fait de l’oeil. L’arrivée dans ce joli petit village nous enthousiasme et nous partons planter notre tente dans un des campings. Il dispose d’une salle chaleureuse en bois, avec une petite cuisine. Un sapin décoré nous rapelle l’arrivée proche de Noël. Les murs sont parsemés de vieilles cartes ou de photos de pics, des bombones de gaz usagées laissées par les campeurs ornent les murs. Ambiance conviviale où les routards et les grimpeurs se retrouvent après une bonne journée en montagne.


Le lendemain de notre arrivée, c’est repos, nous traînons, faisons la lessive (y’en a besoin !!), les courses (hamburger maison ce soir avec de la bonne viande de boeuf argentine hum!), programmons un peu les jours suivants et visitons le village. Nous adorons l’ambiance. Nous nous essayons à la skyline installée dans le camping ! L’apprentissage est difficile mais nous arrivons à faire deux/trois pas grâce aux précieux conseils d’un couple de Français (en vadrouille pendant un an en Amérique du Sud et se dirigant vers Ushuaia).


Jeudi, nous partons, un peu tardivement car la météo n’est pas géniale: direction le Cerro Torre. La montée n’est pas difficile mais le départ tardif nous casse les jambes. Nous nous installons sur une aire de bivouac gratuite au bord de l’eau. La pluie se calme et alors que nous travaillons au prochain montage vidéo, un renard manque de nous chipper nos pâtes, ouf ! Heureusement pas de puma ce soir, mais nous sommes parés pour l’accueillir.



Vendredi matin, il pleut ! Nous allons voir la lagune et le Cerro Torre mais le brouillard nous en dévoile trop peu ! Nous sommes un peu déçus et nous nous dirigeons alors vers le camp de base du Fitz Roy. Le vent se lève et nous déstabilise ! Nous longeons deux lagunes mais en profitons que trop peu au vu des conditions. Il pleut !!  Arrivés au bivouac nous nous installons comme on peut “à l’abri du vent”. Nous nous affairons avec William à créer un barrage pour ce vent qui fait entrer des quantités de poussières dans la tente. En bougeant, un bois, je fais tomber une branche sur la tente qui perce la toile. La cata !! Nous essayons de trouver une solution (coudre la sacoche des sardines, mettre du scotch, …?). Nous prenons l’option scotch (m’aurait t’il porté malheur de le prendre à la dernière minute?). La soirée est un peu compliquée, nous sommes humides, le vent et le froid sont bien présents. Nous construisons un abri de fortune qui nous permet de manger rapidement. Le fromage (ou plutôt le plastique blanc) et le chocolat, nous le mangerons dans la tente ce soir. La nuit passe, les arbres craquent sous la force du vent mais ne lâchent pas !


Le matin, le temps est encore pire !!! Pourtant nous avions espéré toute la nuit … Nous décidons de ne pas nous attaquer à la montée raide vers le Fitz Roy et retournons au chaud dans notre camping, trempés jusqu’aux os et plus que déçus…

Samedi, une fenêtre météo est annoncée, et acharnés comme on est, ce sera réveil à 5h30 pour Fanny et moi, Will et Flo décident de se reposer à El Chaltén. Le Fitz Roy semble découvert ce jour grâce aux nuages poussés par le vent fort. La dernière montée est raide et la neige nous attend en haut. Nous patientons dans le froid quasiment trois heures, les gants et le bonnet sont les bienvenus. Après tant d’espoir, les pics finissent enfin par sortir des nuages et le paysage devient féérique: la lagune d’un bleu laiteux est sublimée par la neige tombant sur les hauts sommets. En descendant, petit stop au mirador du glacier des pierres blanches, puis retour à El Chaltén pour retrouver Will et Flo. Des empanadas excellents sont bien appréciables au retour !


Un vent assez violent nous “berce” toute la dernière nuit puis nous partons sous la pluie direction El Calafate pour découvrir le glacier Perito Moreno avant notre avion pour Buenos Aires ( nous manquons de rater notre bus ! Attendre au mauvais arrêt c’est pas le bon plan ! )…

Antoine.

Advertisements

One thought on “El Chaltén

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s